Accueil sur rendez-vous pour toute personne justifiant d’une recherche du mardi au vendredi de 10h à 17h.

Vue normale Vue MARC vue ISBD

L'averse / Fabienne Jacob

Type : LivreGenre : Fiction, romanAuteur: JACOB, FabienneEditeur : Paris : Gallimard , 2010Collection : BlancheDescription matérielle : 1 vol. (135 p.)ISBN : 9782070137831.Résumé : Résumé : "Tahar a quitté l'Algérie à 15 ans, « son pays plus jamais foulé, seulement refoulé, au fond de lui comme un conduit de ­cheminée bouché... » Aujourd'hui, il se meurt dans un hôpital parisien. Débranché, « en attente », son esprit embrumé suit un cours particulier, fait de souvenirs, de murmures d'enfance, de parfums et de cris. Fils de harkis assassinés par le FLN, Tahar a été « adopté » naguère par des soldats français, devenant la mascotte du régiment ou la victime naïve. Débarqué à Paris beau comme un dieu, là méprisé comme un étranger, un Arabe, il a tenté d'occulter le passé, se construisant une vie muselée, mensongère, déchirée. Fabienne Jacob a su créer un rythme poétique pour déployer cette histoire pleine de sanglots et d'amertume. Elle ausculte les corps, écoute ceux qui ont pris l'habitude de se taire, suggère sans appuyer les traumatismes du passé. L'averse, qui donne son titre au roman, lâche enfin ses trombes d'eau sur le djebel, sur la guerre, sur les chantiers, sur le foyer Sonacotra, sur la djellaba d'une mère qui sait calmer les peurs et que Tahar retrouvera enfin, à l'instant de mourir." - TéléramaExtrait : «L'attraction, les femmes l'attrapent au creux de leurs flancs dès qu'elles passent à ma hauteur. Chaque foulée me rapproche de mon instinct d'origine, chaque pas m'éloigne de mon être de surface. L'appel du corps, un appel d'intérieur à intérieur, des chiens qui se sentent. Elles aussi, les petites, elles bichent. Le côté voyou dont je ne réussis pas à me défaire les aimante. J'ai tout fait pour paraître français, le plus français possible. J'ai failli réussir.» Ressources en ligne (Internet) : Cliquez ici pour consulter en ligne | Cliquez ici pour consulter en ligneSujet - Nom commun:harki | Front de libération nationale (FLN) | famille | mémoire | travail | mort | Guerre d'Algérie (1954-1962) | Algériens -- population Sujet - Nom géographique:Algérie -- pays | Paris -- commune
Type de document Site actuel Cote Statut Date de retour prévue Réservations
Consultable sur place Consultable sur place Fonds littéraire JAC R (Parcourir l'étagère) En réserve
Empruntable Empruntable Fonds littéraire JAC R (Parcourir l'étagère) Disponible
Consultable sur place Consultable sur place Fonds littéraire DB JAC R (Parcourir l'étagère) En réserve
Réservations : 0
Survol Médiathèque Abdelmalek Sayad Étagères , Localisation : Fonds littéraire Fermer le survol d'étagère
DAZ A Indigène de la nation DB CIR R Mélo DB ENA R Rue des voleurs DB JAC R L'averse DB KAL R Une étoile aux cheveux noirs DB LITT 840.3 WOL Mondes francophones DB LITT 843 GUE Le club des incorrigibles optimistes

Résumé "Tahar a quitté l'Algérie à 15 ans, « son pays plus jamais foulé, seulement refoulé, au fond de lui comme un conduit de ­cheminée bouché... » Aujourd'hui, il se meurt dans un hôpital parisien. Débranché, « en attente », son esprit embrumé suit un cours particulier, fait de souvenirs, de murmures d'enfance, de parfums et de cris. Fils de harkis assassinés par le FLN, Tahar a été « adopté » naguère par des soldats français, devenant la mascotte du régiment ou la victime naïve. Débarqué à Paris beau comme un dieu, là méprisé comme un étranger, un Arabe, il a tenté d'occulter le passé, se construisant une vie muselée, mensongère, déchirée. Fabienne Jacob a su créer un rythme poétique pour déployer cette histoire pleine de sanglots et d'amertume. Elle ausculte les corps, écoute ceux qui ont pris l'habitude de se taire, suggère sans appuyer les traumatismes du passé. L'averse, qui donne son titre au roman, lâche enfin ses trombes d'eau sur le djebel, sur la guerre, sur les chantiers, sur le foyer Sonacotra, sur la djellaba d'une mère qui sait calmer les peurs et que Tahar retrouvera enfin, à l'instant de mourir." - Télérama

Extrait «L'attraction, les femmes l'attrapent au creux de leurs flancs dès
qu'elles passent à ma hauteur. Chaque foulée me rapproche de mon
instinct d'origine, chaque pas m'éloigne de mon être de surface. L'appel
du corps, un appel d'intérieur à intérieur, des chiens qui se
sentent. Elles aussi, les petites, elles bichent. Le côté voyou dont
je ne réussis pas à me défaire les aimante. J'ai tout fait pour
paraître français, le plus français possible.
J'ai failli réussir.»

Centre de ressources Abdelmalek Sayad - Établissement public du Palais de la Porte Dorée - Musée national de l'histoire de l'immigration
293 avenue Daumesnil 75012 Paris - Tél : 01 53 59 15 92 - mediatheque.sayad[at]palais-portedoree.fr